[Les Blogueuses préparent Noël 2012] « Bugsy Malone », le film à voir en famille…

…ou quand vos petits gangsters prennent de bonnes résolutions…

Cet article a été écrit spécialement dans le cadre de ma participation au Calendrier de l’Avent des Blogueuses organisé par Maïeva Voyage du blog Photo-tuto.fr. Hier, Yeude vous donnait des conseils pour une jolie déco de table sans sortir l’argenterie ; aujourd’hui, je vous propose d’allumer la télé et même de dérouler l’écran de votre home cinéma pour une séance de cinéma inoubliable…

Occuper les enfants la veille de Noël ou partager un moment inoubliable en famille devant un beau spectacle fait peut-être partie de vos projets pour les fêtes de fin d’année…

Que diriez-vous d’une comédie musicale parodiant les plus grands films de gangsters américains et où les mitraillettes cracheraient de la crème fouettée ?

“Bugsy Malone”, film du réalisateur britannique Alan PARKER, sorti en 1976 : vous l’avez, votre succès !

On dirait qu’on jouerait aux Gangsters…

…comme des grands !

Situé à New-York pendant la Prohibition, Bugsy Malone raconte la guerre de territoire entre deux gangs mafieux et l’ascension d’un sympathique manager de boxe à qui sa gueule d’ange a tendance à jouer des tours.

Propriétaire du cabaret « Le grand Chelem » et de nombreux autres businesses moins avouables (racket de restaurants, commerces et épiceries, distillerie clandestine…), Fat Sam (le gros Sam, interprété par John Cassisi) voit ses hommes de main « liquidés » un à un et son empire menacé par l’élégant Dandy le Gandin (Martin Lev), dont les hommes sont armés de nouveaux modèles de mitraillettes lanceuses de crème, les « splurge guns », tellement plus rapides et efficaces que la traditionnelle « tarte à un coup ». Au bord de la défaite, Fat Sam fait appel à Bugsy (qui n’a pas de fromage blanc à la place du cerveau) pour localiser l’entrepôt de Gandin, voler les armes et recruter une nouvelle équipe pour soutenir l’attaque décisive du Grand Chelem. Entarteurs contre sulfateuses, qui va gagner ? D’autant que Bugsy, amoureux d’une jeune chanteuse qui rêve de percer à Hollywood (Florrie Dugger) a visiblement conquis le cœur de Tallulah, la chanteuse-vedette et petite amie du patron…

Surprise de ce film, il est exclusivement joué (mais non chanté, rassurez-vous !) par des enfants. On y retrouve le jeune Scott BAIO (« Chachi » dans la série culte Happy Days !) dans le rôle de Bugsy Malone, et Jodie FOSTER, tout juste sortie à seulement 13 ans du tournage de Taxi Driver de Scorsese, dans celui de la séduisante Tallulah.

Entrecoupée de chansons entrainantes composées par Paul WILLIAMS (Phantom of the Paradise, 1974) et de numéros de music-hall très réussis, le film passe en revue tous les poncifs du genre film de gangster ou de mafia et les rafraîchit avec beaucoup de fantaisie et de talent.


Aussi surprenants que paraissent à première vue les choix d’Alan PARKER dans ce film, situé à exacte distance entre « Le Parrain » (Le Parrain 1 et 2 de Coppola étaient sortis respectivement en 1972 et 1974) et la série télé pour enfant « l’Autobus à impériale » (!), regardez-le d’abord à travers les yeux de vos enfants, pour qui les jeux d’invention sont toujours et immédiatement plus réels que la vraie vie et tous les problèmes des adultes.

Vous serez sans aucun doute conquis et charmés, et vos enfants, ceux de votre frère ou de vos cousins de province littéralement « scotchés » par ce petit chef d’œuvre dont ils se souviendront toute leur vie, sans doute plus que des cadeaux qu’ils auront reçu cette année…

Pas d’histoire de rennes, de Père-Noël ou de lutins pour ce film-là, donc, mais un grand moment de cinéma et de spectacle à partager en famille, et une fin pleine de bons sentiments, puisqu’à l’issue de la plus grosse bataille de tartes à la crème de l’histoire (les plus petits vont adorer !), les chefs de gangs se serrent la main, décident de devenir bons amis pour être plus forts et reprennent en chœur la chanson « Bad Guys » (profession de foi des gangsters au début du film) qui se transforme pour le finale en « Give a little love » :

“You give a little love
And it all comes back to you
You know you gonna be remembered
For the things you say and do
(…)”
“Quand tu donnes un peu d’amour
Il te revient plus fort
On se souviendra longtemps de toi
pour tes actes et tes paroles (…)”

Est-ce que cela ne ressemble pas à de bonnes résolutions de début d’année ?

Et si vous décidiez de faire de vos enfants des cinéphiles ? Une bonne idée de cadeau pour Noël, qu’en pensez-vous ?…

La bande-annonce (en VO) :

Les Blogueuses préparent Noël 2012, ça continue !
Demain,
The Perfect Mum viendra au secours du Père-Noël et répondra aux questions des enfants… Soyez là !

En Savoir plus :

12 Commentaires dans “[Les Blogueuses préparent Noël 2012] « Bugsy Malone », le film à voir en famille…

  1. Apodioxe dit:

    C’est très sympa, je ne connaissais pas ce film et je n’aurais pas reconnu Jodie Foster si tu ne l’avais pas écrit ! Après coup, oui c’est bien elle ! C’est vrai que ça doit être marrant à regarder en famille, j’imagine que les enfants se mettent un peu à la place des personnages 🙂
    Merci pour ton article du calendrier de l’Avent !

    • admin dit:

      Elle l’est ! Et tu gardes les chansons en tête longtemps ! En même temps, le réalisateur Alan Parker est aussi celui de “Fame”, de “Pink Floyd the Wall” ou de “Evita” et Jodie Foster est… Jodie Foster ! Merci d’être passée !

    • admin dit:

      Surtout qu’ils jouent super bien, c’est étonnant ! J’ai vu ce film quand j’étais “au pair” aux Etats-Unis, avec les deux jeunes enfants que je gardais et je ne croyais pas ma chance d’être en quelque sorte “payée” pour voir ce film ! Je l’ai toujours gardé dans un coin de la tête avec l’envie, un jour, de le partager… Voilà qui est fait ! Merci de ton commentaire !

Laisser un commentaire