[Séries Mania 2013] L’avant-première de « Hannibal »…

Hannibal-poster

Livres cultes, films cultes, série culte ?

Salle pleine mardi soir au Festival Séries Mania pour l’avant-première de « Hannibal », la série créée par Bryan Fuller (Dead like me, Pushing Daisies…), sur NBC depuis début avril 2013 et à venir en France sur Canal+.

La série, basée sur les personnages développés par le romancier américain Thomas HARRIS  dans « Dragon Rouge » en est le prequel et raconte la rencontre de Will Graham, profiler au FBI et de Hannibal Lecter, qui n’est encore, à l’époque, qu’un psychiatre distingué : « the first chilling chapter in the legacy of a mad man” (en français : le premier chapitre terrifiant du passé d’un fou), annonce le teaser…

Mastermind…

L’agent spécial Jack Crawford du Groupe des sciences du comportement du FBI (interprété par Laurence FISHBURNE) monte une équipe pour l’aider à arrêter un Serial Killer à l’origine de la disparition de 8 jeunes filles dans le Minnesota. Il ramène ainsi sur le terrain Will Graham (le beau Hugh DANCY), un profiler tendance autiste Asperger, aussi peu doué pour les relations avec ses semblables, que brillant pour se glisser dans la peau d’un tueur et imaginer tous les détails du crime. On en a la surprenante démonstration au tout début du pilote où Will démonte et revit – comme s’il en était l’auteur – le double meurtre sanglant d’un couple.

Jack Crawford (à Will Graham) : « Can I borrow your imagination ? »

Le sentant fragile, Jack Crawford décide de lui adjoindre un psychiatre qui lui a été recommandé par une collègue, Alana Bloom (Caroline Dhavernas), à la fois pour participer au profilage du tueur et le soutenir psychologiquement.

Le psy en question est le Dr. Hannibal Lecter, joué par l’acteur danois Mads MIKKELSEN (rappelez-vous, il est « le Chiffre » dans « Casino Royale » et plus récemment, Lucas, soupçonné de pédophilie dans le film danois « La Chasse »). Bref, la (sale) gueule qui devrait nous aider à oublier la figure devenue mythique d’Anthony HOPKINS dans le rôle du psychopathe cannibale du « Silence des Agneaux » (1991), de « Hannibal » (2001) et de « Dragon rouge » (2002), 3 des 4 adaptations cinématographiques des thrillers de Thomas HARRIS.

A la fin du 1er épisode, Will tue Garrett Jacob Hobbs et sauve de justesse sa fille Abigail qui était peut-être sa complice. Dès le pilote, nous savons que Lecter manipule Will Graham (il a prévenu Hobbs : « They know »/« ils savent »).

Le face-à-face a commencé…

Esthétique du crime…

Dialogues lourds de sous-entendus et de double sens pour le spectateur qui a – évidemment ! – plusieurs longueurs d’avance sur le FBI (!) concernant Lecter, gros plans hypnotiques sur les visages masculins (celui de Mads MIKKELSEN, supérieurement insondable et dérangeant, mais aussi celui de Laurence FISHBURNE, mondain et sûr de lui, et de Hugh DANCY, qui n’est pas sans rappeler le Daniel RADCLIFFE de Harry Potter avec ses lunettes…), séquences gore remarquablement filmées pour la reconstitution des crimes, la série « Hannibal » fonctionne avant tout sur le mode de l’hallucination :

  • visuelle et colorée (séquences oniriques avec le cerf, cinétique gore, mais aussi couleurs vivides des scènes de crime, des cadavres des victimes ou du SK, des feuilles dans la forêt, de la nuit…)
  • auditive (la bande son retentit de battements cardiaques erratiques, les plans de coupe montrent un balancier au bruit tranchant…)
  • presque olfactive (la champignonnière du deuxième épisode)
  • et gustative (!), puisque le Dr. Lecter – « Hannibal le cannibale » – offre à Will un petit-déjeuner avec omelette et « saucisses-maison » (sans doute à base de poumon humain !) et un dîner gastronomique à Jack Crawford, son supérieur, avec tranches de rôti de viande blanche (« du porc », bien sûr !) couverte d’une sauce rouge on ne peut plus… graphique !

Tous ces éléments font de cette avant-première sur le grand écran du Forum des Images une expérience puissante et fascinante – en attendant d’être addictive –, à tel point qu’on se demande comment on va pouvoir regarder les épisodes suivants de la série sur « petit écran » !!!

La première saison compte 13 épisodes et Bryan Fuller l’imagine d’ores et déjà avec 7 saisons ! Chacun des épisodes prend pour titre l’élément d’un menu gastronomique à la française et nous avons donc eu droit, avec cette avant-première, à un « Apéritif » (épisode 1), puis un « Amuse-bouche » (épisode 2).

A noter également pour la petite histoire : “Hannibal” est sans doute la seule série télé à employer un consultant pour la mise au point des recettes de cuisine cannibale préparées par « le bon Docteur » : le chef José Andrés !

Bon appétit, bien sûr !

Un « avant-goût » (!) en images avec le Trailer du premier episode sur NBC :