“Rosemary & Thyme” : enquêtes policières au jardin…

La série britannique « Rosemary and Thyme »…

Cet article a été écrit spécialement dans le cadre de ma participation à la série d’articles « Les Blogueuses préparent les beaux jours ». Hier, Maïder nous a expliqué comment réaliser un étui à lunettes branché pour l’été, alors chaussons nos binocles et passons au jardin. Petit retour en arrière de 10 ans pour découvrir la saison 1 de la série britannique « Rosemary and Thyme », on ne peut plus dans le thème…

Les séries policières britanniques, – appelées outre-Manche « murder mysteries » -, sont souvent très originales (on peut citer notamment : le récent « Sherlock » de Mark Gatiss et Steven Moffat ou l’excellent « Jonathan Creek » de David Renwick en 1997)…

Dans la série policière « Rosemary & Thyme » (en français : thym & romarin !!! Cherchez sur Google, vous tomberez sur un tas de recettes appétissantes !…), diffusée sur ITV1 à partir d’août 2003 et en France courant 2009 sur TMC, Brian EASTMAN (*) nous propose de suivre les aventures « fleuries » de deux détectives amateurs, et professionnelles du jardinage : Rosemary Boxer et Laura Thyme, d’où le surnom du duo.

Rosemary Boxer, célibataire, prof d’horticulture et spécialiste de phytopathologie (1×5)

Très rafraichissante car tournée pour beaucoup en extérieur et en décor réel, uniquement pendant la belle saison et dans des jardins magnifiques, la série est particulièrement adaptée à son public, puisque comme chacun sait, le grand plaisir des Anglais après le thé est… le jardinage (**).

Après les justiciers milliardaires (vous vous souvenez de Jonathan et Jennifer Hart ?), voici les jardiniers détectives – ou l’inverse, on ne sait plus !

Une formule unique…

 

So british !

  • Who’s who…

Rosemary et Laura se rencontrent par hasard dans une auberge alors que Rosemary la blonde, professeur d’horticulture, est venue rendre visite à un ami malade, et que Laura, femme de policier, mère de policier et ancien policier elle-même (!), larguée par son mari pour une jeunette de 23 ans, échoue chez des amis.

Laura Thymes, ex-policier, ex-mère au foyer, ex-épouse… (1×1)

Elles se lient d’amitié, et quand Rosemary perd son poste à l’université par suite de restrictions budgétaires, elles s’associent pour monter leur société de conseil en horticulture qui les amènera, grâce aux relations de Rosemary et à sa vieille Land Rover Serie 3 de 1980, dans les plus belles propriétés de la campagne anglaise.

Bon sens et logique pour Laura, dynamisme et imagination pour Rosemary, les deux quinquagénaires ont en commun, outre la science et l’amour du jardinage, le don de surprendre les conversations, cerner rapidement les situations et ne rien lâcher quand elles soupçonnent qu’il y a quelque chose à découvrir, un mystère à déterrer…

Qui remarque le jardinier jugé sur son échelle, la tête dans les feuilles… ?

  • Whodunit…

Un peu comme Jessica Fletcher dans « Arabesque », leur arrivée quelque part coïncide toujours avec un (ou plusieurs !) meurtre(s) mystérieux, et selon un schéma immuable, le déroulement de leur mission de jardinier-paysagiste évolue parallèlement à l’enquête dans des intrigues ou des problématiques étroitement mêlées.

« Les mystères fleurissent autour d’elles » (en anglais : « Mysteries grow around them »), c’est le slogan de la série.

A la base de cette recette gagnante et très originale, en plus de quatre scénaristes, le travail conjoint de deux consultants de haut vol : Pippa GREENWOOD pour la partie horticulture et l’auteur de polar anglais Peter LOVESEY pour l’intrigue policière à proprement parler.

Les arbres aussi peuvent saigner et mourir…. (Pilote)

« Rosemary & Thyme » n’est ni sanglant, ni violent, ni fort en scènes d’action, mais ne vous laissez pas décourager par le générique cul-cul à souhait (avec time-lapse en macro sur un bouquet dont les fleurs s’ouvrent une à une… – et dont la musique ne vous quittera bientôt plus), car ces femmes, bien que quinquagénaires, sont pleines de ressource et n’ont pas la langue dans leur poche !

Typique de ce genre du « British mystery », le meurtre mystérieux qui bouleverse une petite communauté (ici, celle de petits villages de la campagne anglaise) et fait remonter à la surface secrets de famille, vieilles rancœurs, relations clandestines… Typique aussi, l’épisode 4 de la saison 1 qui se passe dans un pensionnat, et dans lequel tout le monde pourrait être coupable, de la copine jalouse d’une des victimes, à la femme du directeur, en passant par le vigile du grand magasin de la ville d’à côté ! Les deux femmes finiront par monter une souricière et attendront, luttant contre le sommeil, que le coupable vienne y tomber de lui-même !

Mais Rosemary sait se servir d’un ordinateur et recherche souvent sur internet des infos qui s’avéreront utiles pour l’enquête ; elle a aussi recours, parfois, à un microscope (pour identifier les champignons qui ruinent la pelouse, par exemple), et si ce n’est pas « Les Experts », on est tout de même très loin de « Miss Marple » !…

 

  • « Daffodil desperadoes »…

L’essentiel de leurs enquêtes tient dans la déduction, la curiosité, et la bonne équipe qu’elles forment, complémentaires et soudées, partageant leur chambre dans les Bed & Breakfast où leurs missions les envoient, un petit verre de vin blanc ou un repas pour fêter leurs victoires et… une certaine distance vis-à-vis des hommes, source de dialogues empreints d’humour anglais et particulièrement savoureux !

Larguée par son mari “pour une pétasse de 23 ans”, Laura commente à un ami :

« Pendant 27 ans, il fait semblant d’être humain et finalement, vous êtes bien tous les mêmes » (pilote).

Et un peu plus loin, à Rosemary :

Laura : « Imagine, 23 ans !
Rosemary : Laura, je t’en prie…

Laura : Mais c’est tellement injuste ! Je n’ai pas demandé à vieillir, moi !

Rosemary : Tout le monde vieillit. Nous vieillissons. Elle aussi vieillira.
Laura : Pas si je peux l’empêcher !

Rosemary : Ha Ha Ha ! »

Toujours dans le pilote, Rosemary agonira d’injures senties le prof d’université qui ne lui a pas annoncé lui-même son licenciement et pire, a tenté de la draguer pendant leur voyage en voiture : « Il m’a virée, le salaud. (…) Et hier encore il était là, à me dire qu’il comptait sur moi, le fourbe, l’hypocrite, malhonnête, ignoble petit salopard ! ». Et un peu plus tard quand elle se retrouve face à lui :

Rosemary : « Espèce de crapaud !
Le Professeur : Ah, tu as reçu ta lettre…

Rosemary : Vermine !

Le Professeur : Ecoute, euh….
Rosemary : Sombre trou du cul de bas quartier… ! »

(Oui, oui, dans « Rosemary & Thyme », même les dialogues sont fleuris, alors imaginez-les avec l’accent britannique !)

Le prof s’en sortira avec un coup de poing dans la figure, et les filles rentrées à l’auberge trinqueront dans leur chambre à l’extinction de la gent masculine : « To hell with men ! »

R : « Oh, je suppose que c’est ce qui s’appelle la liberté ! Moi sans travail et toi sans mari !”, dit Rosemary à la fin du pilote.

Le deuxième épisode de la saison 1 (où Murray HEAD fait une courte apparition en ex rock star avant d’être tiré comme un lapin !) donnera lieu à un certain nombre de scènes culte proprement hilarantes, au cours desquelles le policier enquêteur (interprété par le pince-sans-rire Philip Martin BROWN) prend pour acquis que Rosemary et Laura forment un couple de lesbiennes et se répand en sous-entendus vaseux :

« Vous n’êtes pas mariée, Miss Boxer ? »

Quand Rosemary lui explique qu’on lui a tiré dessus la veille, il commente, grandiloquent et ridicule :

« Homophobie : mythe ou réalité ? » (!)

C’est d’ailleurs ce qui décidera notre duo à poursuivre l’enquête de son côté…

Dans l’épisode suivant (1×3), Laura, lassée d’être interrogée comme un suspect par la police décidément peu douée, s’amusera à surnommer leur duo les « daffodil desperadoes », qu’on pourrait traduire par « les hors-la-loi du sécateur » ou « hors-la-loi du jardin ».

(Humour).

Meurtres dans des jardins anglais…

En bref, dans cette série, on vous promet beaucoup de pittoresque : de vrais petits déj’ anglais avec marmelade d’orange, toasts et œufs au plat dans des B&B très cosy (1×03), des séances de debrief au pub, des suspects très suspects (1×1), des révélations étonnantes et tous les « Oh my God ! » qui conviennent à la première saison d’une série policière anglaise. Vous apprendrez aussi à l’occasion comment semer pour obtenir un « wild garden » (1×2) et quelques rudiments du « Langage des Fleurs » (1×3).

Mais surtout, vous visiterez des jardins vraiment extraordinaires, curieux contrepoint aux crimes, anciens ou nouveaux, qui s’y commettent…

Petite promenade en images…

(NB : cliquer sur les images pour les agrandir, avancez dans le diaporama avec les flèches et n’oubliez pas de passer la page 2 pour faire la connaissance de Tiberius, le chien d’aveugle qui règne en maître sur les charmantes parcelles d’un jardin urbain)…


La plupart des épisodes sont dispo sur internet et YouTube en V.O. (pour la VF voir les DVD ci-dessous). Pour ma part, je pense que je vais continuer et regarder les saisons 2 et 3, et ce, d’autant plus que nos charmantes « fées du jardin » vont voyager : sur la French Riviera (2×3), en Italie (2×6) et aussi en Espagne (3×4, 3×7), et oeuvreront même dans le jardin historique de Regent’s Park à Londres (3×5)…

Ces deux-là sont plutôt douées dans leur « line of business », il faut le dire : découvrir la cause mystérieuse des jardins qui vont mal… et curer la société de ses criminels !

Quitte à entendre hurler les sirènes et voir débarquer les bagnoles de police, autant que ce soit dans des champs de fleurs, vous ne trouvez pas !

« Thank God for Trees ! » (Fin du pilote)

NOTES :

*Brian EASTMAN est aussi le fondateur de la société de production Carnival Films (« Downtown Abbey”, “Whitechapel”)

** Pour des chiffres, voir les résultats de l’Enquête UNEP-IPSOS 2013 : « Jardins & Espaces verts : une exception culturelle française ? »

En Savoir plus :

Acheter les DVD des 3 saisons de “Rosemary & Thyme” sur Amazon.fr (VO/VF) :

Demain, l’opération « Les Blogueuses préparent les Beaux Jours » continue chez Apodioxe, qui nous a concocté le parfait accessoire pour une promenade au jardin.
Suivez Les Blogueuses sur : Facebook, Twitter et Publicoton

Illustration MyBlackMinidress.com

20 Commentaires dans ““Rosemary & Thyme” : enquêtes policières au jardin…

  1. Bénédicte dit:

    On sent que tu aimes cette série en lisant ton article !
    Visiblement je ne suis pas la seule fan de l’humour anglais, je vais aller voir ça sur Youtube.
    En plus les photos de manoirs et des jardins sont splendides !
    Cette série est probablement la plus adaptée au thème de notre ronde donc c’est très bien vu ! T’as vraiment une culture épatante, Anne : l’incollable des petits écrans !!
    Je file regarder le pilote.

    • admin dit:

      Merci ! Merci ! Tu me fais beaucoup d’honneur… J’avoue que j’étais assez contente de ma trouvaille ! Au départ, j’avais eu une autre idée (cinéma, celle-là…), mais Chut ! Je n’en dis rien, elle me servira peut-être l’année prochaine, qui sait ?

  2. Odreylilith dit:

    Excellent travail ! Et toi qui te demandait quel rapport le thème de ton site pouvait avoir avec nos opérations ! Tu trouves une série ou un film sympa en rapport finalement.
    J’adore l’humour anglais… Je vais aller zieuter quelques épisodes sur Youtube.
    Bravo Anne !

    • admin dit:

      Merci ! C’est un défi à chaque fois, je dois dire ! Heureusement que j’aime les défis !…
      C’est aussi une bonne occasion de parler de séries originales et sympas – comme ici “Rosemary & Thyme” – qu’on connait peu ici, ou qu’on a déjà oubliées. Tu me diras quel épisode tu as choisi, hein ?

  3. the perfect mum dit:

    Voilà une série policière qui semble bien rafraîchissante ! L’humour anglais est ma tasse de thé, et quand on connaît mon véritable nom de famille, on ne peut que comprendre que j’aime l’univers bucolique de cette série 😉 Le décor a l’air bien sympa, et rien que de me parler de petit déj à l’anglaise, hummmm, ça me met l’eau à la bouche…

  4. Maïder dit:

    Et dire que je pensais m’y connaître un peu en séries… tu gères la fougère !!! (expression de circonstance)
    J’avais reconnu tante Marge aka Pam Ferris mais Felicity Kendall ne me disait rien. J’ai déjà vu quelques épisodes de Doctor Who mais apparemment pas les bons 😉
    J’ai toujours eu du mal avec le mix policier et comédie alors je ne sais pas si ça serait ma cup of tea mais je dois avouer que les décors sont très jolis !

    • admin dit:

      Il y a des petits bijoux, comme ça, tu vois seulement un épisode – par hasard ! en zappant ! – et tu ne l’oublies plus jamais. Sans “Les Blogueuses préparent les beaux jours”, elle aurait sans doute attendu encore longtemps avant que je m’y intéresse de près, mais je ne regrette pas !

  5. Apodioxe dit:

    Je ne connais pas cette série mais je vais en regarder une sur Youtube, je suis sûre que je vais aimer ! Il me semble avoir vu une des deux actrices auparavant à la télé mais je me trompe peut-être… En tout cas, c’est très joli ces décors de jardin ! Le chien est tout mignon sur la photo aussi 🙂

    • admin dit:

      Ah ! j’étais sûre que tu aimerais Tiberius !!! J’ai tout de suite pensé à toi en le découvrant dans cet épisode… Tu as peut-être vu Pam Ferris (alias Laura Thyme) dans Harry Potter ou la blonde Felicity Kendall (alias Rosemary Boxer) dans Doctor Who ?

  6. Sylvie dit:

    J’adore l’humour des séries anglaises, et les binômes féminins sont souvent très sympas. Si en plus, la série fait voyager dans les jardins européens, je vais forcément accrocher ! Bon, il faut juste que je trouve du temps pour regarder… Avec la météo pas terrible, c’est une bonne alternative aux pique-niques et séances photo qu’on gardera pour les vrais beaux jours !

    • admin dit:

      Ce petit duo féminin fonctionne effectivement très bien ! Quant à l’humour, j’ai pris soin de transcrire quelques-un des dialogues, parce qu’ils valent vraiment le coup ! Et comme je le disais, imagine seulement ça avec l’accent anglais !!!

    • admin dit:

      Oui, quand nous avons commencé à parler de faire une opération “Les Blogueuses préparent les Beaux jours”, j’ai tout de suite pensé à parler de cette série “so british” qui mélange si bien enquête policière et amour des jardins… Apparemment, les bonus de chaque DVD en disent un peu plus sur la localisation précise des jardins, mais je me suis contentée de la V.O. disponible sur YouTube !

Laisser un commentaire