Visite d’Alcatraz, la prison avec vue…

Vue de l'île d'Alcatraz depuis le ferry

Ainsi baptisée à cause de ses nombreux pélicans (alcatraces en espagnol), l’île d’Alcatraz se situe à seulement 1,4 km du port de San Francisco. Forteresse militaire dès 1850, The Rock devient une prison militaire, avant de se transformer en pénitencier fédéral en 1934. C’est aujourd’hui un parc national accessible au public.

Une visite incontournable lorsqu’on passe à San Francisco et qu’on est amateur de tourisme noir et d’histoires de gangsters ! J’avais réservé mon billet dès le 23/02, – un mois avant notre départ pour la Californie…

Ne serait-ce que pour la vue sur San Francisco et la SF skyline, la traversée en ferry vaut le coup !

Alcatraz : la skyline de San Francisco vue depuis le ferry

Leaving the City by the Bay for Alcatraz…

La ville de San Francisco est visible depuis la place d'armes d'Alcatraz

La San Francisco skyline depuis la place d’armes d’Alcatraz…

Visite guidée d’Alcatraz

Moins d’une demi-heure de navigation et nous débarquons sur Devil’s Island (un autre nom d’Alcatraz). Face à nous, le bâtiment 64, devant lequel un ranger délivre le discours d’accueil aux touristes depuis un marchepied. Aujourd’hui en effet, le matricule #1259 William G. Baker dédicacera son livre-témoignage à la librairie. Le malheureux a débarqué ici à 23 ans, après 3 tentatives d’évasion d’autres prisons… Sans rancune, Bill !

La visite commence dans cette caserne aux murs épais, rehaussée de 3 étages en 1905 pour accueillir les logements du personnel pénitentiaire. Le bâtiment abritait de surcroit un supermarché et un bureau de poste. La zone était entièrement clôturée, afin de protéger les familles des gardiens qui y vivaient. Un film documentaire présente l’histoire du lieu, puis nous nous équipons de l’audio-guide pour le reste de la visite. Grâce aux commentaires d’anciens prisonniers et gardiens, on découvre le parcours des nouveaux arrivants (fouille, douches communes, lingerie). Puis ce sont les longs couloirs de cellules cruellement rebaptisés Broadway ou Times Square.

Les fortes têtes sont mises au trou dans le Block D, l’unité d’isolement et de traitement spécial. Certaines cellules particulièrement froides n’y ont ni lit, ni toilettes et ne reçoivent pas la lumière dujour. Alors que la cuisine d’Alcatraz est réputée la meilleure de tout le système pénitencier américain (cf : affiche menu petit-déjeuner), les locataires du Block D ne reçoivent que rarement un repas complet, juste quelques tranches de pain.

Heureusement, il y a la cour d’exercice (où l’on joue au bridge, au baseball ou aux dominos) et la bibliothèque. Une énorme glacière Coca-Cola trône dans la salle de contrôle de l’officier de quart entre radios, micro, téléphones et machine à écrire. On gage qu’elle n’a pas toujours fait partie des meubles !

 

Vue générale de la cour d'exercice d'Alcatraz avec les prisonniers

Alcatraz Recreation Yard.

Alcatraz, une prison de légende !

  • Prison- modèle pour mafieux

Alcatraz « The Rock » porte bien son nom. Un gros rocher de 9 hectares entouré d’une eau à 10-12°C  et de forts courants qui portent vers le large. Même à moins de 2 km de la côte, impossible de s’évader !

En plus de ses bâtiments en béton armé, la prison bénéficie de barreaux d’acier, clôtures et miradors dès 1934. Les 336 cellules (plus 42 de confinement) réparties en 4 blocs sur 3 étages mesurent 1,5 x 2,5 mètres. Elles sont dotées du strict minimum : lit, lavabo, toilettes, 2 étagères et 1 tablette.

En effet, Alcatraz est, avec la création du FBI, la réponse du gouvernement fédéral américain au crime organisé. Avec 1 gardien pour 3 détenus, c’est une prison de haute sécurité, réservée aux détenus les plus difficiles, aux ennemis publics n°1 et aux rois de l’évasion. S’y retrouvent tous les gangsters et mobsters des « roaring twenties ». Ceux qui se sont enrichis pendant la Prohibition (1920-1933). Des célébrités comme Al Capone, Machine Gun Kelly, Doc Barker, Alvin Karpis et Robert Stroud dit The Birdman.

A l’intérieur, le règlement est drastique, comme en témoignent les 52 consignes du fascicule remis à chaque détenu (voir note 4). En 29 ans d’activité, quelques 1576 prisonniers  sont passés par Alcatraz. Ils y demeuraient 8 à 10 ans en moyenne avant de finir leur peine dans des établissements moins sévères.

Ce qui m’a le plus touché dans les témoignages enregistrés dans l’audioguide ? Celui qui explique que les fêtes de réveillon du Yacht Club de San Francisco s’entendaient depuis la prison. Que la vue sur la ville était la plus belle qui soit et que c’était la pire des punitions…

Pas étonnant qu’ils passent leur temps jour et nuit à échafauder des plans d’évasion…

  • Al Capone, la star d’Alcatraz

Le célèbre Scarface (Alphonse Capone) y est transféré dès l’ouverture, suite à sa chute pour fraude fiscale en 1931. Il a alors 35 ans et c’est une véritable star, habituée à recevoir télégrammes, demandes d’interview et corbeilles de fruits en prison. Il est pourtant réduit au silence et à n’être qu’un numéro de matricule comme les autres à Alcatraz, le 85. Un prisonnier modèle qui travaille à l’atelier d’uniformes et à la laverie, mais commence à développer une neurosyphilis dès 1938. Condamné à 11 ans de prison, il sera libéré sous conditions et rendu à sa famille début 1939.

Fiche d'Al Capone à son arrivée à la prison d'Alcatraz

La fiche d’Al Capone à Alcatraz (matricule 85)…

  • 14 tentatives d’évasion

Chacune des tentatives d’évasion du rocher au cours des 29 ans d’activité d’Alcatraz ne fait que renforcer le mythe. Parmi celles-ci, l’une est sanglante, l’autre extrêmement créative et son issue reste douteuse. Incluant une prise d’otages et l’intervention de l’armée entre les 2 et 4 mai 1946, la « bataille d’Alcatraz » fait 5 morts : 2 gardiens et 3 prisonniers.

La nuit du 11 juin 1962, enfin, Frank Morris, John et Clarence Anglin mettent à exécution un plan mûrement préparé (voir Note 3). Tunnel creusé à la petite cuiller, fausse grille d’aération et têtes en papier mâché trompe l’œil, radeau en imperméables soudés gonflé à l’aide d’un concertina, celle-là restera dans les annales ! C’est l’incroyable aventure racontée dans le film de Don Siegel L’Evadé d’Alcatraz avec Clint Eastwood, en 1979.

Même si aucun des trois n’a vraisemblablement survécu, des lettres, des coups de fil et même des photos envoyés à leur famille et aux autorités ne cessent de relancer l’hypothèse d’une évasion réussie pour au moins deux d’entre eux. Les recherches ne s’arrêteront officiellement que dans une petite dizaine d’années (soit aux 99 ans des personnes recherchées).

 

La fin d’une île…

C’est Robert F. Kennedy, à l’époque ministre de la justice, qui fait fermer Alcatraz en 1963.

Parc d’attractions sur le thème de la conquête de l’espace ou réserve indienne, l’île suscite les convoitises. Surtout lorsqu’une centaine d’activistes indiens du Red Power Movement l’occupent et la réclament au nom de toutes les tribus. L’occupation durera en tout 19 mois, du 20 novembre 1969 au 11 juin 1971. Les Indiens espéraient y établir un centre culturel et universitaire, un musée et un centre d’études indiennes pour l’écologie. Ils réussissent néanmoins à attirer l’attention sur le sort des tribus nord-amérindiennes, à défendre leur autonomie tribale et leurs réserves.

Alcatraz : vestiges de l'occupation indienne de 1969-1971

Pendant l’occupation indienne de 1969, le mur du bâtiment 64 est couvert de peinture. On peut y lire : « Indians Welcome – United Indian Property – Allowed ashore without a pass – Indian Land ». Sur le réservoir, on déchiffre : « Peace and Freedom Welcome – Home of the free Indian land. »

Finalement, le Congrès confie la gestion du domaine au National Park Service, consacrant l’île comme réserve naturelle en 1972. Les oiseaux y sont très nombreux et l’on y visite aussi les jardins créés par les familles du personnel pénitentiaire. L’île et la prison d’Alcatraz se visitent depuis 1973. Avec 1,5 million de visiteurs par an, c’est d’ailleurs l’une des premières attractions de San Francisco.

Cliché noir et blanc du phare d'Alcatraz dans les années 40

Le phare d’Alcatraz dans les années 40.

La visite d’Alcatraz est-elle sur la to-do list de votre prochain voyage en Californie ? Si oui, pensez à emporter eau et encas : il n’y a pas de restauration sur place.

 

NOTES :

  1. Alcatraz Cruises est l’agence de vente officielle et le fournisseur exclusif de transport par ferry vers Alcatraz Le départ se fait depuis le Pier 33 du Port de San Francisco. Le prix du ticket ($39,90 pour un ticket adulte en 2019) inclut l’aller-retour en ferry, la visite et un audio guide. Pensez à réserver son passage à l’avance (jusqu’à 3 mois en avance en été).
  2. Album Alcatraz Most Wanted : Profiles of the most Famous Prisoners on the Rock – Cory KINCADE – Ariel Vamp Press
  3. Documentaire Alcatraz, l’impossible évasion de David Karabinas, Chip Rives & Brad Bernstein pour History (2015) © A&E Television Networks, LLC.
  4. La routine de la prison était très serrée, ainsi qu’en témoigne les 52 Institution Rules & Regulations de l’USP Alcatraz, en application de 1955 à 1961. La routine quotidienne de la prison développée à l’article 28 révèle ainsi jusqu’à 12 appels par jour, parfois espacés de seulement 20mn.

 

En Savoir plus :

Laisser un commentaire