« Lie to Me »…

La vérité si je mens !

Basée sur les recherches du psychologue américain Paul Ekman et le système de codification des expressions faciales (FACS) qu’il a mis au point, la série « Lie to Me », créée par Samuel Baum, applique cette pseudo science de l’interprétation des micro-expressions du visage à la résolution d’enquêtes policières.

A la tête du Groupe Lightman, qu’il dirige avec la psychologue Gilian Foster, jouée par Kelli Williams (The Practice, NIH Alertes médicales), le Dr. Cal Lightman, interprété par l’acteur britannique Tim Roth, apporte son aide au FBI et à la justice américaine en tant qu’expert de la détection de mensonges, secondé par une équipe restreinte : Ria Torres, recrutée sur une intuition parmi les agents de sécurité d’un aéroport, et Eli Loker, un jeune scientifique chargé des analyses vidéo et vocales, partisan quant à lui de « l’honnêteté radicale ».

Les émotions sont universelles et s’expriment toujours de la même façon, c’est le postulat de la série. Bref, « Qu’on soit une femme au foyer ou un terroriste, la vérité est écrite sur nos visages » (1×01)…

© FOX

Pour nous en convaincre, des photos noir et blanc du bon Dr. Lightman partout sur les murs de son bureau, décortiquant à la ride près toute l’étendue des expressions du visage humain, un diaporama des grands de ce monde, sans aucun doute en train de nous mentir (Clinton, Poutine, Obama…), des statistiques égrenées à longueur de dialogues pour étayer le côté scientifique et … des acteurs grimaçant désespérément – Tim Roth le premier – pour tenter de nous souffler le nom du vrai coupable.

Si vous ne vous passionnez pas dès le départ pour les révélations d’une ride, d’un regard ou d’un mouvement réflexe chez vos congénères (et dur de se passionner pour cela à raison de 3 ou 4 épisodes diffusés dans la même soirée !), vous vous ennuyez ferme. Mis à part le très divertissant diaporama « People » et « Politiques », qui ne mérite guère plus qu’un buzz sur le net, on s’ennuie effectivement prodigieusement !

Systématiquement nerveux, colérique, cabot, insupportable, le soi-disant psychologue harcèle les suspects, comme il harcèle d’ailleurs sa fille, incapable qu’il est de contrôler ses propres émotions.

Ce qui aurait dû (pu ?) être une performance d’acteur se transforme en une démonstration ridicule, à laquelle on ne croit pas un seul instant, le plus surprenant étant sûrement que la série fasse un tabac aux Etats-Unis et en soit déjà à sa 3ème saison !

En Savoir plus :

Laisser un commentaire