[Les Blogueuses préparent Noël 2012] « Monk a tué le Père-Noël ! »

L’épisode de Noël de la Saison 6…

Cet article a été écrit spécialement dans le cadre de ma participation au Calendrier de l’Avent des Blogueuses organisé par Maïeva Voyage du blog Photo-tuto.fr. Hier, Maïder nous apprenait à fabriquer un paper toy de Noël ; mon truc à moi, c’est les séries télé policières, alors après Bugsy Malone, un film musical de gangsters à regarder en famille, quelle meilleure idée pour le Calendrier de Noël des Blogueuses, que de vous faire partager l’épisode de Noël d’une de mes séries préférée, la tragi-comédie « Monk » ?

Les enquêtes mi-Colombo mi-Sherlock Holmes du « lieutenant déficient » m’accompagnent dans le rire autant que l’émotion depuis déjà des années (la série, programmée à partir de 2003 sur TF1, est rediffusée actuellement sur TVBreizh).

Ex-officier de la police criminelle de San Francisco, affligé d’une myriade de tocs et de phobies depuis la mort de sa femme Trudy dans un attentat à la voiture piégée qu’il n’a jamais réussi à élucider, le mentalement fragile Adrien Monk intervient en tant que consultant sur les affaires difficiles auprès du Capitaine Stottlemeyer et de son jeune second, le lieutenant Randy Disher. A fleur de peau, toujours entre son infirmière et son psy, il a une façon bien à lui de résoudre les meurtres : apprivoisant les indices par une sorte de danse lente et silencieuse sur la scène de crime, exerçant ses admirables dons d’observation et de raisonnement tout au long de l’enquête, avant de lancer son mythique « Voilà comment ça s’est passé ! » et de surprendre tout le monde par son récit limpide…

Mais dans ce 10ème épisode de la Saison 6 de Monk, aucun crime, aucune tentative de meurtre dans la cité californienne absorbée par les préparatifs de Noël, si ce n’est celle de Monk, qui semble avoir délibérément tiré sur le Père-Noël

Monk ennemi public N°1 : « C’est ma parole contre celle du Père-Noël »…

Noël est le pire moment de l’année pour résoudre une enquête policière, surtout quand le coupable est le Père-Noël ! Demandez à Monk…

Coincé dans un embouteillage qui va lui faire rater sa séance chez le psy (qu’il devra tout de même payer !), sans doute énervé aussi – comme moi ! – par les envahissantes décorations de Noël, un peu ridicules sous ces latitudes, et par la musique jazzy-façon-centre-commercial de « Mon beau sapin » diffusée partout par hauts-parleurs, Monk, au bord de la crise de nerfs, s’élance comme un fou à la poursuite de l’individu à l’origine de l’encombrement et qui, déguisé en Père-Noël, arrose la rue de peluches et autres jouets lancés depuis le toit d’un immeuble. Stupéfaction de la foule lorsqu’elle entend distinctement 2 coups de revolver et que la distribution gratuite s’arrête : Monk a tiré sur le Père-Noël !


Dès ce moment, Monk va vivre les pires moments de solitude : soupçonné par son infirmière qui le découvre sur le toit l’arme à la main, d’avoir définitivement « pété un plomb » ; montré du doigt et hué par la foule amassée dans la rue, alors qu’on évacue le Père-Noël blessé à l’épaule sur un brancard ; présenté enfin au journal télé du soir comme l’ennemi public N°1 par Brandy Barber – « un vampire avec une carte de journaliste », selon le capitaine Stottlemeyer, qui prévient Monk : « Il va me falloir du solide, Monk… C’est votre parole contre celle du Père-Noël ! »

La violence de ces réactions rend Monk encore plus vulnérable, encore plus maladroit et incapable d’adapter ses réponses ou son comportement, ce qui donne de bons moments :

  • dans le grand magasin où il finit ses achats de Noël, il explique à la vendeuse comment ne pas laisser ses empreintes sur le scotch du papier cadeau,
  • tente de répondre par un jargon de juriste à l’enfant qui lui demande plein d’innocence pourquoi il a tiré sur le Père-Noël…
  • et se prend les pieds dans le décor de crèche grandeur nature qui orne le magazin, éjectant l’enfant Jésus de son petit lit de paille…

Les mères protectrices crient au scandale : « Si j’étais vous, je rentrerais chez moi… Vous faites peur à nos enfants […] Vous êtes un monstre ! Vous gâchez les fêtes de Noël de tout le monde ! ».

Dans une tentative désespérée pour rétablir son image, Monk accepte d’être interviewé chez lui par Brandy Barber, dans un appartement entièrement relooké pour la circonstance, mais lorsque la journaliste lui donne l’occasion de donner sa version des faits, Monk met une fois de plus « les pieds dans le plat », annonçant à la télévision à une heure de grande écoute que « le Père Noël n’existe pas !

Même le jeune Randy en reste muet, les bras ballants, « K.O. debout », comme un boxeur. « Vous le saviez, Randy, non ? », demande le capitaine Stottlemeyer, paternel, n’osant le regarder !

Dernier rempart quand rien ne va plus, même le Dr. Kroger, son psy, semble le « lâcher », essayant de défendre pied à pied « l’esprit de Noël » et de lui faire raconter un épisode de Noël heureux de son enfance…

Cet épisode spécial de Noël est décidément bien cruel !

Sucre d’orge géant contre cran d’arrêt : sus au Père-Noël !

Heureusement pour les fidèles de Monk – dont je suis ! – les plateaux de la balance commencent à s’équilibrer à 23mn environ du début de l’épisode (sur une durée totale de 40 !). Et le mythe de Noël en prend un sérieux coup…

On découvre un Père-Noël prosaïque, recevant la police en caleçon et le bras en écharpe, assassinant une vieille dame à coups de cloche de l’Armée du Salut et révisant les plans d’un casse au musée de la ville avec ses complices.

Monk : « Voilà comment ça s’est passé !... »

Si les spectateurs que nous sommes savons maintenant que Monk a raison (Monk a toujours raison, « c’est un don et une malédiction ! »), la foule, réunie sur la scéne de crime semble encore aveuglée par l’esprit de Noël, et virulente quand elle le reconnaît : « Pourquoi t’as tiré sur le Père-Noël ? Hé, Monk, combien de rennes t’as tué aujourd’hui ? » Quand il confie à Natalie qu’il soupçonne (encore !) le Père-Noël dans l’assassinat de la vieille dame, on comprend qu’elle aussi reste à convaincre…

Mais la durée d’un épisode est aussi le temps nécessaire au raisonnement et à la déduction chez notre Sherlock Holmes… Après avoir évoqué chez le Dr. Kroger combien Trudy sa femme, assassinée il y a tout juste dix ans, aimait Noël (et l’on comprend mieux pourquoi cette période est si difficile à vivre pour le pauvre Monk…), tout s’éclaire pour lui. A 31mn 33, soit à moins de 9mn de la fin, monté sur le toit de l’immeuble, il rallie à nouveau la confiance de Natalie en lui expliquant ce qui s’est passé. Et là, tout va très vite ! Comme dans un film burlesque, Monk se lance une nouvelle fois à la poursuite du Père-Noel, suivi de Natalie, puis de la journaliste et du cameraman, jusqu’à la place couverte de décorations de Noël où Monk l’attrape enfin et se bat contre lui au corps à corps et à coups de sucre d’orge géant jusqu’à ce que le Père-Noël, sous les yeux de la foule enfin rendue à la réalité, sorte contre lui un couteau à cran d’arrêt. La balance penche définitivement du côté de Monk…

Le Père-Noël mis hors d’état de nuire, la journaliste célèbre Monk en héros et pour tous, il devient « L’homme qui a sauvé Noël ».

Mais les blessures d’enfance de Monk et le deuil douloureux de sa femme ne s’effacent pas aussi facilement. Même chez lui, ayant résolu l’affaire et entouré de gens qui l’aiment, Monk a du mal à se laisser aller à la joie et à savourer la fête…

Oui, Noël peut être triste, une catastrophe dans certaines familles ! Non, les méchants ne font pas de trêve, et l’on peut être attaqué pour un sac à main, ou mourir dans un attentat à la voiture piégée la veille de Noël, et des années après, vivre mal cet anniversaire qui rend bêtement joyeux tous les autres…. Peut-être un rappel au respect de ceux pour qui Noël n’est pas une fête ou un événement heureux…

La série Monk a été arrêtée à la fin de la 8ème saison : une preuve supplémentaire (en ce qui me concerne) que le Père-Noël n’existe pas !


Et vous, seriez-vous prêt à tout pour défendre Noël ?

Le Calendrier de l’Avent des Blogueuses de Noël continue ! Demain, rendez-vous sur le blog instant de fille d’Odreylilith pour un tuto maquillage de fête !

Illustration de Lily http://myblackminidress.com/


En Savoir plus :

12 Commentaires dans “[Les Blogueuses préparent Noël 2012] « Monk a tué le Père-Noël ! »

  1. Maïder dit:

    Il m’est arrivé de regarder quelques épisodes de Monk mais je connais assez mal. Les séries policières ne sont pas vraiment mon truc mais j’aime bien le côté décalé et comique du personnage. Une approche originale, un peu comme un House dans les séries médicales.
    En tout cas, tu as bien fait ton job, cela me donne envie de regarder Monk défier le Père-Noël 😉

  2. the perfect mum dit:

    Cet épisode a l’air vraiment désopilant. J’adore Monk. Son personnage est très attachant. Pour ce qui est de défendre Noël à tout prix, je ne pense pas. Comme tu le dis, la vie peut basculer à chaque instant, et même pendant les fêtes, et je respecte ceux qui vivent Noël dans le deuil.

    • admin dit:

      Je ne raconte pas tout dans l’article, mais la séance chez le psy où il raconte un Noël de son enfance “au hasard” est d’une cruauté ! Et tellement bien jouée par les 2 personnages : celui qui veut défendre Noël, voir le bon côté des choses et Monk qui “déteste la joie” ! Un super épisode (mais je les aime tous !). Merci de ton commentaire !

  3. yeude dit:

    Je ne connaissais pas non plus cet épisode de Monk, il a l’air vraiment pas mal et très différent de ce qu’on a l’habitude de nous sortir pour les épisodes de Noël. Et j’ai beaucoup aimé ta conclusion sur le Noël qui n’est pas toujours beau.

    Bien que j’apprécie cette série (Monk réussi à être à la fois à être drôle, agaçant et attachant), je n’ai jamais eu trop l’occasion de la suivre, le dimanche après-midi sur TF1 après Walker Texas Ranger, en général Chuck Norris m’avait fait fuir avant.

    • admin dit:

      Ah ! C’est une bonne idée, ça ! Chuck Norris en Guest Star d’un épisode de Monk !! MDR !!! Dommage que la série soit finie. Il était question d’un film de cinéma, mais bon, pas de news… Merci d’être passée par ici, Yeude !

  4. potzina dit:

    Très bel article, bien détaillé et joliment illustré ! J’adorais “Monk” et j’avais beaucoup aimé cet épisode. Tony Shaloub est un excellent acteur et son personnage est aussi drôle que touchant. Je regrette beaucoup l’arrêt de la série… Noël est une fête sympa que j’aime bien mais je ne vais pas me déguiser en renne pour autant 😉

    • admin dit:

      Tu me fais plaisir ! J’adore Monk et Tony Shaloub est effectivement incroyable. Tu te souviens de son numéro quand il était aveugle et tentait de garder son équilibre sur une poutrelle de chantier posée en fait sur le sol ? Quel talent vraiment, Sharona me manque aussi, ils faisaient vraiment la paire ! Merci d’être passée par là…

  5. Apodioxe dit:

    Je ne connaissais pas cet épisode de Monk, j’aime bien cette série, ça me fait plutôt rire sa façon d’élucider les meurtres, ses tocs, comme de devoir toujours se laver les mains avec des lingettes quand il a touché un truc sale. Cet épisode doit être assez drôle aussi, sinon pour garder l’esprit de Noël, je me contente de faire le sapin , de décorer et de faire un repas en famille… 🙂 (demain ce n’est pas yeude, c’est Odreylilith il me semble) merci pour ton article, il est super bien fait tu as dû y passer un sacré temps, on a tout, les photos les textes, les détails, chapeau !

Laisser un commentaire